WADA President issues pre-Olympic warning to doping athletes

Say No to Doping

World Anti-Doping Association (WADA) President John Fahey has called on athletes who are doping to withdraw from their national teams and stay away from the London 2012 Olympic and Paralympic Games.

With less than three weeks to the opening ceremony of London 2012, Mr. Fahey has taken the opportunity to highlight the rights of all clean athletes to compete on a level playing field and to gain due reward for their hard work and natural talent.

“I say this in the clearest way possible: if you are a doping athlete and you are planning to compete in London then you must withdraw from your Olympic team,” said Mr. Fahey.

“Doping is cheating, plain and simple. And if you compete in London as a doped athlete then not only will you be cheating your fellow athletes, you will be cheating sports fans across the world, doing a disservice to your national flag and flouting the ideals of the Olympic Movement.

“A doping athlete cannot achieve success, it is a complete contradiction. Even if a doping athlete were to win a medal he or she would never be able to look at themselves in the mirror and say ‘well done, I deserved this’.

“The Olympic Games is the absolute pinnacle for many athletes, and for them to train endlessly over a four-year period and then have their efforts belittled by a doping athlete, to me that is complete and utter betrayal of what sport stands for.”

Mr. Fahey also applauded the efforts of the world’s anti-doping community in trying to identify doping athletes ahead of the Games, as well as the International Olympic Committee and Games organizers LOCOG for preparing a comprehensive anti-doping program.

“These will be the most tested Games in Olympic history and doping athletes must know that they will be under the severe scrutiny of anti-doping officials from the moment they set foot in the Olympic Village,” added Mr. Fahey.

“The IOC and LOCOG have prepared an extensive anti-doping program that will analyse up to 6,250 samples while the anti-doping authorities are already sharing intelligence to assist with target testing of athletes under suspicion.

“I should also add that UK Anti-Doping is mandated to test athletes in training camps ahead of the Games and has also compiled much intelligence with the co-operation of anti-doping organizations worldwide.

“There has been a coherent effort to make London 2012 as ‘clean’ as possible and doping athletes should know that their chances of avoiding detection are the smallest they have ever been.”

Despite the work of the world’s anti-doping community, Mr. Fahey stressed that ultimate responsibility lay with athletes as to how free of doping London 2012 will be.

“Athletes are responsible for what they put into their bodies and athletes are responsible for whether or not they choose to dope,” added Mr. Fahey.

“The world’s ant-doping community can only do so much. If every athlete decides not to dope then we will have a completely dope-free Games, that’s the simple reality.

“It is up to the athletes and I urge them to collectively take more responsibility for the sake of clean competition.”

French version

Le président de l’Agence mondiale antidopage, John Fahey, a lancé un message clair aux sportifs qui se dopent les exhortant de se retirer de leur équipe nationale et de se tenir loin des Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012.

À moins de trois semaines de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Londres 2012, M. Fahey a profité de l’occasion pour souligner le droit de tous les sportifs de compétitionner dans un environnement sans dopage et d’être récompensés en fonction de leurs efforts acharnés et de leur talent naturel.

« Mon message ne peut être plus clair : les tricheurs qui comptent se rendre à Londres doivent se retirer de leur équipe olympique », déclarait M. Fahey.

« Se doper, c’est tricher : un point c’est tout. Un athlète qui se dope et qui participe aux Jeux trompe non seulement ses pairs, mais aussi les amateurs de sport du monde entier, en plus d’entacher son drapeau national et de mépriser les idéaux du Mouvement olympique.

« Un tricheur ne peut pas parvenir au sommet; c’est tout à fait contradictoire. Même s’il remporte une médaille, il ne pourra jamais se regarder dans le miroir et se dire : “Bravo, je mérite cette médaille.”

« Pour un sportif, les Jeux olympiques représentent l’apogée de sa carrière. Un sportif qui s’entraîne sans relâche pendant quatre ans et qui voit ses efforts anéantis à cause d’athlètes qui se dopent, cela constitue pour moi l’antithèse absolue de l’esprit sportif. »

M. Fahey a également salué les efforts du Comité international olympique et du Comité d'organisation des Jeux (LOCOG) qui ont mis sur pied un programme antidopage complet, ainsi que ceux de la communauté antidopage du monde entier qui a fait le nécessaire pour identifier les sportifs malhonnêtes avant les Jeux.

« Les Jeux de Londres seront assujettis au plus grand nombre de contrôles de toute l’Histoire olympique, et les sportifs qui se dopent doivent savoir que les officiels antidopage les auront à l’œil, et ce, dès leur arrivée au village olympique », ajoutait M. Fahey.

« Le CIO et LOCOG ont mis sur pied un programme antidopage efficace qui analysera jusqu’à 6 250 échantillons. De leur côté, les autorités antidopage partagent déjà des renseignements afin de faciliter les contrôles ciblés auprès de sportifs suspects.

« Je dois aussi ajouter que l’Agence antidopage du Royaume-Uni a été mandatée pour réaliser des contrôles dans les camps d’entraînement avant les Jeux, et a continué de compiler une grande quantité de renseignements en collaboration avec les organisations antidopage du monde entier.

« Il y a eu des efforts concertés pour faire en sorte que les Jeux de Londres 2012 soient les plus “propres” de l’Histoire. Les tricheurs doivent savoir que leurs chances de ne pas se faire prendre n’ont jamais été aussi minces. »

Malgré tous les efforts de la communauté antidopage, M. Fahey a insisté sur le fait que la responsabilité de présenter des Jeux propres en 2012 reposait ultimement sur les sportifs.

« Les athlètes sont responsables de ce qu’ils ingèrent et ils font eux-mêmes le choix de se doper ou non », ajoutait M. Fahey.

« La responsabilité ne repose pas que sur la communauté antidopage. Si chaque sportif décidait de ne pas se doper, les Jeux seraient propres à 100 %, c’est aussi simple que cela.

« La décision revient aux sportifs et je les encourage fortement à s’impliquer collectivement pour le bien de la compétition propre. »

M. Fahey répondra aux questions des journalistes lors de la conférence de presse de l’AMA avant les Jeux qui se tiendra au Parc olympique le 25 juillet, à 14 h 00.

Twitter Follow